WFH NETWORK

Troubles de Coagulation

Travail et accouchement

La préparation à l’accouchement dépend des besoins de la mère et de son enfant qui est peut-être atteint d’hémophilie.

Comme il est difficile de mesurer les taux de facteur de coagulation pendant le travail, il faut le faire pendant le dernier trimestre de la grossesse. Si les taux de facteurs sont bas, un traitement peut être administré pendant le travail pour réduire le risque de saignement excessif pendant et après l’accouchement. Les taux de facteur de coagulation peuvent aussi permettre de déterminer si une femme peut recevoir une anesthésie régionale (péridurale).

Le risque de saignement à la tête est plus élevé chez les bébés naissants de sexe masculin atteints d’hémophilie, surtout quand le travail et l’accouchement ont été longs ou compliqués. Les porteuses peuvent donner naissance par voie vaginale, mais il faut éviter que le travail se prolonge, et le risque de traumatisme lors de l’accouchement doit être minimisé. Les techniques de surveillance invasives, comme l’application d’électrodes au cuir chevelu ou le prélèvement de sang fœtal, sont à éviter dans la mesure du possible. L’extraction du bébé par succion et l’application des forceps sont aussi à éviter.

Dès la naissance du bébé, il faut prélever un échantillon de sang dans le cordon ombilical pour mesurer les taux de facteur de coagulation. Les injections intramusculaires et autres interventions chirurgicales, comme la circoncision, sont à éviter tant que les résultats des tests sanguins ne sont pas connus.

Soins post-partum

Après l’accouchement, le taux de facteur de coagulation d’une porteuse revient à ce qu’il était avant la grossesse, et le risque de saignement est alors à son maximum.

L’hémorragie post-partum est une cause importante de mortalité et d’incapacité maternelle, en particulier dans certaines régions du monde. Les porteuses de l’hémophilie, particulièrement les porteuses symptomatiques et les femmes atteintes d’hémophilie, devraient donc se faire soigner dans un service d’obstétrique, en consultation étroite avec une équipe des soins hémophiliques.

Des précautions peuvent être prises pour diminuer le risque d’une hémorragie post-partum : par exemple l’administration de médicaments pour contracter l’utérus et l’évacuation du placenta par traction mesurée sur le cordon ombilical. La prise en charge active de l’évacuation du placenta diminue considérablement le risque d’une hémorragie post-partum.

Il faut conseiller aux porteuses exposées à un risque d’hémorragie post-partum de voir leur médecin immédiatement si elles éprouvent des saignements excessifs dans les six semaines suivant leur accouchement. Le traitement est parfois administré à titre préventif, notamment chez les porteuses dont les taux de facteur de coagulation sont bas.


Dernière mise à jour : novembre 2012

 

Trouvez un centre de traitement

 

Consultez la bibliothèque

 

Jouez à HemoAction

 

Lisez Le monde de l’hémophilie

 

Consultez
le journal Haemophilia